Langue


Blog de l'expertise en chauffage

Comment les maisons seront chauffées en 2030 ?

Comment les maisons seront chauffées en 2030 ?

De nombreux développements pour rendre les habitations plus respectueuses de l’environnement ont été entrepris ces dernières années. Cela est aminé par la volonté de vivre dans des maisons plus économes en énergie et en coûts.
La conséquence est que les maisons modernes consomment en moyenne 35 % d’énergie de moins qu’il y a 30 ans. Parallèlement, les logements belges sont devenus plus sains et confortables.

Comment cette évolution se poursuivra-t-elle dans les dix prochaines années ?

La maison du futur.

Le chauffage sera-t-il inutile ?

Selon une vision répandue, il ne sera plus nécessaire de posséder un système de chauffage dans le futur, en raison des faibles besoins en énergie des nouvelles constructions. Grâce aux progrès des matériaux d’isolation et des ventilation, le besoin en chauffage ne cesse en effet de se réduire. Néanmoins, cette vision ne tient toutefois pas compte le souhait du gouvernement belge de construire moins de nouveaux lotissements possibles et de rénover autant que faire se peut les anciens logements. Ceux-ci auront toujours besoin d’un chauffage efficient.

Thermostats intelligents pour maisons intelligentes.

À l’avenir, les maisons deviendront « plus intelligentes ». Les développements réalisés sur le plan de la digitalisation et de l’IoT – Internet of Things – permettront aux habitations de déterminer elles-mêmes quand et comment chauffer afin d’atteindre le niveau de confort souhaité par ses occupants. Certains thermostats intelligents possèdent dès aujourd’hui un mode auto-apprenant. Ils apprennent ainsi à connaître les habitudes et les besoins des occupants, afin de les satisfaire.

Le développement de cette technologie se poursuivra dans le futur via une connexion avec d’autres systèmes intelligents présents dans les maisons et appartements. Ainsi, le thermostat sera en mesure de savoir si une fenêtre est ouverte, ou si la lumière du soleil pénètre à l’intérieur, etc. afin d’adapter les besoins en chauffage.

Chauffage collectif via des réseaux de chaleur.

En Belgique, les systèmes de chauffage centraux individualisés , sont la norme. Cependant ce n’est pas le cas partout et l’on peut s’attendre à évoluer vers des réseaux de chaleur, dans le futur. Il s’agit de réseaux distribuant la chaleur depuis un lieu central vers des logements individuels.
Ces derniers pourront utiliser des énergies durables, en exploitant la chaleur résiduelle des centre de données – ou data centers – ou des centrales électriques par exemple.Cela ne signifierait pas pour autant que vous devriez régler votre logement à la même température que votre voisin. Ces nouveaux systèmes pourraient permettre de régler les besoins en chauffage par logement.

Chauffage à basse température.

Cette dernière décennie, il est possible de constater une tendance aux de systèmes de chauffage à basse température, comme le chauffage au sol. Ces systèmes mettent plus de temps à chauffer que les systèmes à haute température (comme les radiateurs classiques), mais ils sont plus économes en énergie. Leur temps de chauffe plus long rend impératif une régulation anticipée des besoins en chauffage des utilisateurs. Cela en tenant compte de la température extérieure, à l’aide de sondes externes. Les thermostats intelligents peuvent jouer un rôle primordial à cet égard.

De nouvelles technologies.

De nombreux travaux en Recherche et Développement portent sur les nouvelles technologies permettant de chauffer le plus efficacement possible, tout en consommant le moins d’énergie possible.

Une de ces nouvelles technologies est appelée : stockage chaud/froid ou stockage géothermique par carottage (BEO – Boorgat-Energie-Opslag). Cette technique consiste à stocker la chaleur et le froid dans les sous-couches aquifères du sol.

Par ailleurs, les piles à combustible font également l’objet de recherches intensives. Cette technologie fonctionne comme une batterie « inépuisable ». Comme une batterie, les piles à combustible convertissent l’énergie produite à partir de réactions chimiques en électricité. La différence est qu’ici les substances chimiques utilisés sont renouvelables – dihydrogène et dioxygène.

Le biogaz est une autre nouvelle technologie. Le gaz biologique est obtenu en laissant les déchets alimentaires être décomposés par des microbes. Cela produit du méthane et du dioxyde de carbone, pouvant être utilisés comme combustibles. L’utilisation de gaz synthétique est aussi examinée. Celui-ci pourrait être distribué via le réseau de gaz naturel existant.

Ces dernières années, les pompes à chaleur gagnent en popularité, grâce aux progrès améliorant leur efficacité. Ainsi il est possible de tabler sur le fait que l’efficacité de cette technologie s’améliore dans les années à venir, afin d’accroître leur capacité à puiser l’énergie de l’environnement.

Un avenir chaleureux.

Les maisons économes en énergie font l’objet de nombreux travaux de Recherche et Développement. Il est pour l’instant difficile de prédire quelle technologie deviendra la norme. Toutefois, tant que les investissements dans ces recherches se poursuivent, l’avenir s’annoncera radieux.